Espace DVD ♪♪

Juan Diego Flórez


"""""""""""""""""""""""""""""""""""
Matilde di Shabran de Rossini
Enregistré au Festival Rossini de Pesaro en août 2012

Resmusica : Matilde enchante Pesaro
"L’histoire se passe en Espagne, dans le château de Corradino, dit Cœur de fer, un homme extravagant, cruel,  et qui prétend détester les femmes. Mais Mathilde de Shabran, fille d’un noble guerrier, n’en fera qu’une bouchée. Ce qui est d’autant plus plausible que Mathilde est jouée et chantée par Olga Peretyatko, gracieux rossignol dont la voix agile et sûre va droit au cœur. Le fait qu’elle soit ravissante aide aussi à comprendre le coup de foudre qui frappe Corradino, admirablement joué par un Juan Diego Florez épanoui. Un rôle fétiche pour lui, son premier grand rôle à Pesaro en 1996, et qu’il reprend cette année pour la troisième et dernière fois.
Cet opéra est un chef d’œuvre d’ensemble dont la mécanique parfaite, avec des voix virtuoses et splendides, se déroule à la perfection sur le thème de l’extraordinaire transformation, tempête,  dans le cœur de Corradino, qui passe de la cruauté à l’amour. Et il est fascinant d’entendre comment les chanteurs habitent l’abstraction cosmique de la musique rossinienne pour exprimer les déchirements de la passion."
Forum Opéra : Quand Juan Diego rencontre Peretyatko
"La belle Matilde est de retour à Pesaro et avec elle Juan Diego Florez, l'enfant chéri du festival Rossini, dont la carrière est intimement liée à Corradino, l'homme au cœur de fer. Le décor simple mais ingénieux, avec son double escalier en colimaçon, la beauté des costumes et surtout la finesse du jeu de scène sont toujours irrésistibles. 
Irrésistible, Juan Diego Florez l'est également dans ce rôle fétiche qui l'a fait connaître dès 1996 dans ces mêmes lieux et dont il a fait son cheval de bataille. Peu de choses ont changé depuis Londres, si ce n'est peut-être quelques menues duretés dans la voix. Mais la performance est toujours virtuose et époustouflante, le ténor se jouant d’une partition hérissée de difficultés. Il s'en donne par ailleurs à cœur joie en tyran tourné en ridicule, se pâmant, se roulant par terre, très loin de la retenue qu'on lui connait parfois.
La soprano russe Olga Peretyatko ajoute à un physique ravissant une grande aisance scénique, que ce soit dans les passages comiques (le duo hilarant avec le médecin sur lequel elle teste ses charmes) ou dans les moments plus dramatiques. Et comble de bonheur, le chant est au diapason. La fraîcheur du timbre, pulpeux et fruité, la grâce des vocalises, la belle cohésion de la voix qui s'épanouit peu à peu dans le grave font d'elle une Matilde idéale."

Olga Peretyatko (Matilde di Shabran), Juan Diego Flórez (Corradino), Anna Goryachova (Edoardo), Nicola Alaimo (Aliprando), Paolo Bordogna (Isidoro), Chiara Chialli (Contessa d'Arco), Simon Orfila (Ginardo), Marco Filippo Romano (Raimondo), Giorgio Misseri (Egoldo). Orchestre et Choeur du Teatro Comunale de Bologne.  Direction musicale de Michele Mariotti (CD DeccaClassics août 2013)

Le Comte Ory de Rossini
Enregistré au Metroplotan Opera le 9 avril 2011

Classiquenews : Saveur et subtilité françaises
"Ouverture fracassante avec chœur mordant et lumineux auquel répond l'apparition du faux mage providentiel venu prêcher la bonne parole à l'assemblée des femmes esseulées depuis le départ des maris soldats, partis pour la croisade: Juan Diego Florez étonne dès son premier air par la finesse des phrasés, la précision de la langue, le jeu comique d'une saveur toute filigranée: quel chanteur et quel acteur!
En Comte Ory, le ténor péruvien est bien ce rossinien de grande classe qui se délecte à colorer chaque nuance lyrique, exploitant toutes les ressources des nombreux travestissements liés à son personnage."

Forum Opera
"Que dire de Juan Diego Florez, sinon qu'il est un Comte Ory exceptionnel. Il a tout pour lui : la suavité du timbre, la délicatesse des demi-teintes et une technique à toute épreuve, avec, de surcroît, une prononciation plus que correcte de notre langue."


Juan Diego Flórez (Le Comte Ory), Diana Damrau (La Comtesse Adèle), Joyce DiDonato (Isolier), Stéphane Degout (Raimbaud), Michele Pertusi (Le Gouverneur), Susanne Resmark (Ragonde), Monica Yunus (Alice). Choeurs et orchestre du Metropolitan Opera de New York. Direction Maurizio Benini. Mise en scène Bartlett Sher. (DVD Virgin classics 2012)

La Somnanbule de Bellini
Enregistré au Metropolitan Opera en mars 2009

Forum Opéra : Premier de gymnastique
"Juan Diego Flórez prouve qu’il est peut-être l’un des meilleurs ténors belliniens actuels. Même si la voix est assez petite, la qualité de sa projection, cette concentration du timbre, sont simplement prodigieuses. Il se joue des difficultés du rôle, rendant avec une souplesse inouïe ses mille et une nuances émotionnelles, plaintes, fureurs, affres de la jalousie, désespoir et joie, ici modulés avec une aisance déconcertante. Son Elvino est tout simplement exceptionnel."

Resmusica : Belle et pas soporifique
"Qu’est-ce qu’une bonne soirée musicale ? D'un côté vous choisissez une soprano mutine, expressive à souhait, totalement immergée dans son rôle d’Amina la promise, pure, aimée mais dont le somnambulisme provoque un quiproquo dramatique : la soprano Natalie Dessay. De l’autre vous élisez un ténor, sincère, un brin macho, emporté par la fougue de ses sentiments et profondément trompé par les apparences, Elvino : Juan Diego Flórez."


Michel Pertusi (Le Comte Rodophe), Jane Bunnell (Teresa), Natalie Dessay (Amina), Jennifer Black (Lisa), Juan-Diego Florez (Elvino), Jeremy Galyon (Alessio, villageois), Bernard Fitch (tenor). Chœur et Orchestre du Metropolitan Opera. Direction Evelino Pido. Mise en scène Mary Zimmerman (DVD Decca juillet 2010)


Le Barbier de Seville de Rossini
Enregistré au Royal Opera House de Londres en juillet 2009

Forum Opera : Comme sur des roulettes
"Joyce DiDonato est là au sommet de son art, c’est un grand régal. Beauté de la voix, perfection des vocalises, intelligence, naturel et humour de l’interprétation, elle est certainement aujourd'hui la plus grande titulaire de ce rôle. À ses côtés, que dire du comte Almaviva de Juan Diego Flórez, sinon qu’il est peut-être plus éblouissant encore ? Le chanteur montre, dans son interview, combien il a également réfléchi au rôle grâce à ses metteurs en scène. Il souligne l’amour fou du comte pour Rosine, et à quel point il serait capable de tout pour l’approcher. … Cette pureté et cet amour fou forment la charpente du personnage ; le chanteur lui apporte sa grâce, son charisme et sa virilité, ainsi qu’une véritable complicité avec Joyce, avec laquelle il chante beaucoup ; point de mièvrerie, beaucoup d’humour, et une forme vocale exceptionnelle. Enfin, cerise sur le gâteau, il donne le grand air du comte dans la dernière scène  "Cessa di più resistere", souvent coupé à la demande des ténors, car trop difficile en fin d’opéra ; et c’est fort dommage, car l’œuvre trouve avec cet air une véritable conclusion tant musicale que théâtrale. On en a ici une exceptionnelle démonstration."


Pietro Spagnoli (Figaro), Joyce DiDonato (Rosine), Juan Diego Flórez (Comte Almaviva), Alessandro Corbelli (Docteur Bartolo), Ferruccio Furlanetto (Don Basilio), Jennifer Rhys-Davies (Berta), Changhan Lim (Fiorello), Bryan Secombe (Ambrogio), Christopher Lackner (Un officier), Andrew Macnair (Le notaire).  Orchestre et choeurs du Royal Opera House. Direction musicale et clavecin : Antonio Pappano. Mise en scène : Moshe Leiser et Patrice Caurier (DVD Virgin Classics)


Zelmira de Rossini
Enregistré au Festival Rossini de Pesaro en août 2009

Tutti Magazine
"Juan Diego Flórez éblouit littéralement. Finalement assez classique dans sa stature et son interprétation d’un rôle très archétypal, il apporte une véritable lumière au personnage d’Ilo, mari abusé par les circonstances, mais qui retrouve la confiance en son épouse. Le pensum des traits virtuoses se transforme avec lui en une cascade de mélismes dont l’évidence et la suavité occultent avec art la technicité."

Forum Opéra
"Juan Diego Florez prend plus de risques qu’autrefois, n’hésitant pas à varier le phrasé et faire assaut de coloratures pour séduire un public qui, à en croire l’intensité et la durée des applaudissements, lui est tout acquis."


Alex Esposito (Polidoro), Kate Aldrich (Zelmira), Juan Diego Flórez (Ilo), Gregory Kunde (Antenore), Marianna Pizzolato (Emma), Mirco Palazzi (Leucippo), Francisco Brito (Eacide), Sávio Sperandio (Gran Sacerdote). Chœur et Orchestre du Teatro Communale de Bologne . Direction Roberto Abbado. Mise en scène Giorgio Barberino Corsetti. (DVD Decca septembre 2012)


Les Puritains de Bellini
Enregistré à l’Opéra de Bologne en 2009

Classiquenews : Juan Diego Florez "monsieur Bellini"
"On comprend que Decca ait choisi d'enregistrer cette production en particulier pour le bel canto du ténor péruvien, Juan Diego Florez, étoile du beau chant actuel et interprète désigné pour ce répertoire. Son Arturo Talbot a la vaillance et l'angélisme qui sied aux héros de Bellini. Idéaliste, aérien, d'un legato souverain (toute expression passe dans le beau chant), le ténor majeur confirme ses (très fortes) affinités avec Bellini. Aigus lumineux et tranchants, sens naturel du phrasé, art de la coloration et des nuances exquises: un modèle de bel canto bellinien. Pour nous, Juan Diego Florez est "monsieur Bellini".
Que tous les ténors du monde apprennent auprès de ce chant d'un raffinement naturel inouï. Et l'on se prend à rêver demain de nouvelles prises de rôles belliniens tout aussi délectables, comme Le Pirate par exemple qui offre un vrai grand rôle de ténor aux côtés de la soprano évidemment."


Juan Diego Florez (Arturo Talbot). Nino Machaidze (Elvira), Gabriele Viviani (Riccardo Valton). Orchestre et chœur du Teatro comunale di Bologna. Direction Michele Mariotti. Mise en scène Pier'Alli. (DVD Decca octobre 2010)


Rigoletto de Verdi
Enregistré au Semperoper de Dresde en juin 2008

Resmusica : Rigoletto en délire
"Juan Diego Flórez, superbe technicien qu’il est, triomphe des difficultés du rôle sans jamais grossir sa voix au timbre si précieux, sans jamais forcer ces moyens. Il négocie habilement les passages un peu graves pour sa voix tout en nous offrant de superbes aigus, y compris un contre-ré court, mais bien placé à la fin de "Possente amor". Mais surtout, Flórez peut démontrer ici qu’il est plus qu’un virtuose, plus qu’une machine à vocalises et suraigus. Ainsi, il est tout à fait crédible en libertin, mais aussi lorsque l’amour semble le toucher dans un "Parmi veder le lagrime" au legato envoûtant, chanté tout en demi-teintes."

Tutti Magazine
"Le Duc de Juan Diego Flórez possède le naturel et le spontané qui caractérisent le rôle et qui en font, quand on en domine l’art comme c’est le cas ici, une splendeur vocale inégalée. Lieu commun que de louer la classe de l’artiste péruvien ; il conjugue la beauté vocale incomparable de son chant à une présence scénique dense, d’une suprême élégance que, de surcroît, son physique avantageux confirme."


Diana Damrau (Gilda), Christa Mayer (Maddalena), Angela Liebold (Giovanna), Kyung-Hae Kang (la Contessa Ceprano), Željko Lučić (Rigoletto), Juan Diego Flórez (Il Duca di Mantova), Georg Zeppenfeld (Sparafucile), Markus Marquardt (il Conte Monterone), Oliver Ringelhahn (Matteo Borsa), Matthias Henneberg (Marullo), Markus Butter (il Conte Ceprano), Lin Lin Fan (il Paggio). Orchestre et Chœur de l’Opéra de Dresde. Direction Fabio Luisi. Mise en scène Nikolaus Lehnhoff. (DVD EMI Classics  septembre 2010)


La Cenerentola de Rossini
Enregistré au Teatro del Liceu de Barcelone en janvier 2008

Forum Opéra : les Enchanteurs
"Aujourd’hui, Juan Diego Florez donne l’impression de chanter Ramiro aussi facilement qu’il ferait une promenade de santé, et c’est probablement le cas tant ce rôle semble avoir été écrit pour sa voix. L’aisance scénique qui lui est venue fait de sa prestation un délice et le rugissement qui salua l’air du prince au deuxième acte était l’extase amoureuse d’un public envoûté."

Classiquenews
"Le Liceu s'offre le duo rossinien par excellence, Joyce DiDonato et Juan Diego Florez. Facilité, souplesse, et même souvent jubilation, Joyce DiDonato rayonne par son timbre encore juvénile et tendre. Le prince Florez illumine chacun de ses airs, grâce à son cantabile, sa mezza voce ductile, la couleur de ses aigus jamais tendus, solaires. On comprend que ses humanités électrisantes s'aimantent le temps de l'ouvrage."


Juan Diego Florez (Don Ramiro), David Menendez (Dandini),: Bruno de Simona (Don Magnifico), Cristina Obregón (Clorinda), Itxaro Mentxaca (Tisbe), Joyce di Donato (Angelina), Simon Orfila (Alidoro). Orchestre et Chœur du Gran Teatre del Liceu. Direction Patrick Summers. Mise en scène Joan Font. (DVD Decca juin 2010)


La Fille du Régiment de Donizetti
Enregistré au Royal Opera House de Londres en janvier 2007

Forum Opéra : Ah !  mes amis, quel jour de fête !
"Les neufs contre-uts de son grand air ne lui posent évidemment aucun problème ; le "Ah mes amis" est chanté avec un naturel et une facilité tellement déconcertants qu’on en oublierait totalement sa difficulté. L’ovation a été à la mesure de la performance… et pourtant on n’avait encore rien vu : la romance "Pour me rapprocher de Marie" nous a fait passer de la performance technique éblouissante à une véritable émotion. Le timbre solaire se combine à un chant tout en délicatesse pour faire rendre les armes au spectateur le plus insensible; cet air a-t-il jamais été aussi bien chanté ?"

Le Monde : Un sport de haut niveau
"Avec son maintien faussement ballot et son physique avantageux de latin lover, le ténor Juan Diego Florez a mis tout le monde d'accord - seul champion de sa catégorie (depuis Luciano Pavarotti) à aligner avec un tel aplomb solaire les neuf contre-ut de la célèbre cavatine "Ah mes amis, quel jour de fête", "Everest lyrique" qui n'a jamais aussi bien porté son nom. L'opéra est aussi - et c'est parfois heureux - un sport de très haut niveau".


Natalie Dessay (Marie), Juan Diego Flórez (Tonio), Felicity Palmer (La Marquise de Berkenfeld), Alessandro Corbelli (Sulpice Pingot), Donald Maxwell (Hortensius), Dawn French (La Duchesse de Crackentorp), Orchestre et chœurs du Royal Opera House. Direction Bruno Campanella. Laurent Pelly Mise en scène (DVD Virgin Classics juin 2008)


Don Pasquale de Donizetti
Enregistré à l’Opéra de Zurich en 2006

Classiquenews
"Chez l'aristocratique Juan Diego Florez, l'art de l'articulation, de la profondeur et de la finesse psychologique, le legato souverain dans tous les registres y compris dans les notes les plus aiguës, continuent de captiver y compris dans ce silence qui suit immédiatement ses fins d'airs. L'interprète ne cesse de gérer sa carrière avec mesure et discernement, sans trop forcer ni fatiguer la voix."

Forum Opéra
"La couverture du coffret montre Ernesto, ce qui ne s’est jamais vu pour Don Pasquale, mais peut se concevoir pour un interprète d’exception. Juan Diego Flórez prête en effet à Ernesto la chaleur de son chant, techniquement abouti, et vibrant quant à l’interprétation. Sa présence physique, dotée d’un prestige naturel, évite l’aspect un peu niais dans lequel le personnage peut tomber."  
  

Ruggero Raimondi (Don Pasquale), Juan Diego Florez (Ernesto), Isabel Rey (Norina), Olivier Widmer (Malatesta). Choeurs et orchestre de l'Opéra de Zurich. Direction Nello Santi. Grischa Asagaroff, mise en scène. (DVD Decca 2007)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire